🌿 Romarin

Le Romarin dont la variété la plus populaire est le « Rosmarinus Officinalis » est un arbrisseau aromatique aux multiples intérêts.

Son utilisation en cuisine parfumera toutes vos viandes (prédilection particulière pour l’agneau) et vos légumes, surtout rôtis. Une étude a même démontré que le romarin combiné aux viandes rôties (grillades) permettrait de diminuer les composés cancérigènes de ces viandes cuites à haute température.

Sans rentrer dans des détails trop scientifiques, on lui associe des bienfaits contre les spasmes digestifs, soulageant donc intestins (ballonements) et estomac (crampes), également contre la fatigue et la nervosité, ainsi que des vertus diurétiques. En inhalations il permet de soulager de nombreux maux respiratoires.

Abordons maintenant la culture et l’apparence de cette plante. Le Romarin est un arbrisseau, qui par conséquence aura besoin d’un minimum d’espace si vous choisissez de le mettre en pleine terre : 1,5m en tous sens (jusqu’à plus rarement 2m en hauteur). La taille régulière permettra de lui garder un aspect buissonnant. Mais si vous souhaitez, par exemple s’il est planté en isolé, le voir prendre une croissance naturelle et le tailler le moins possible, vous verrez le bois de son tronc s’élargir et son port sera moins buissonnant mais un peu plus arbusif. Cela mettra en valeur son écorce qui comporte comme des petites écorchures/pelades, lui donnant un charme très méditerranéen.

Si vous choisissez une culture en pot, vous devrez le rempoter tous les 2 ans (3 maxi) car sa croissance est rapide. Cependant si vous le taillez régulièrement vous minimiserez la formation du gros bois dur duquel ne repousserait plus de verdure une fois taillé, et vous pourrez ainsi le maintenir sous une forme plus compacte. Ne le taillez pas trop tardivement en automne au risque de nuire à sa floraison au printemps suivant, plutôt en avril-mai et en septembre-octobre. Certains, en maîtrisant l’art de la taille, parviennent même à le transformer en bonsaï, très joli d’ailleurs!

Vous pouvez tout à fait constituer une haie, ou plus communément un milieu ou arrière plan dans un massif, ou simplement en isolé. Tant que le soleil ne lui est pas caché.

Sa rusticité est de l’ordre de -15°C voir d’avantage. Son feuillage est persistant. Il faut craindre pour lui les excès d’eau qui pourraient le faire dépérir, plus que le froid. Comme beaucoup de plantes rustiques en pleine terre, en pot il peut cependant craindre les périodes de grand gel prolongé. Si besoin, rentrer le pot a l’abri ou enveloppez-le d’un voile d’hivernage (pot compris).

Il se plaît à une exposition ensoleillée, en terre pauvre voir calcaire et plutôt bien drainée voir caillouteuse. Si votre terre est très riche, lourde voir argileuse, il sera conseillé de déposer du gravier dans le fond du trou de plantation, voir d’ajouter également du sable à votre terre et de bien mélanger avant de rempoter le trou, l’apport de terreau n’est pas nécessaire dans ce cas.

Sa floraison, de couleur généralement blanche à bleutée, a lieu de février à avril, si l’hiver est doux elle peut même débuter en janvier, et parfois se prolonger jusqu’en mai. En septembre-octobre vous pouvez bénéficier d’une seconde floraison. Pour ma part, je constate en tout environ 5 mois de floraison dans l’année.

On conseille des boutures par marcottage, en enfouissement sous terre une partie de branche tendre a la base du pied au printemps, que l’on séparera du pied mère à l’automne. En bouture, on peu même tenter de planter des tiges d’une quinzaine de centimètres, prise à l’extrémité d’une branche et plantée directement en pleine terre vers le printemps.

Vous augmenterez cependant bien plus vos chances de reprise en procédant de la manière suivante : préparez un petit pot avec du terreau humide, éventuellement avec quelques graviers dans le fond, prélevez une extrémité de branche tendre d’une bonne dizaine de centimètres, dégarnissez la tige de ses feuilles pour n’en laisser que quelques unes au bout, puis faite un trou dans le terreau (au milieu de votre pot) avec votre index, placez la tige dans ce trou, et en la maintenant droite venez retasser le terreau tout autour. En 1 mois, les racines seront en développement.

Voilà pour cette plante aux multiples intérêts culinaires, bienfaits et possibilités ornementales…

~ Kakuma

Publié par grainesdeverdure

J'aime la nature, les plantes potagères, de rocailles, vivaces, arbustes fleuris, arbustes à feuillage persistant, l'aquariophilie ainsi que la permaculture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :